12 octobre 2018

Canton de Bâle-Campagne : croissance modérée des coûts de l’aide sociale

En 2017, 8608 personnes ont bénéficié d’un soutien financier de l’aide sociale à Bâle-Campagne, soit 310 personnes ou 3,7 % de plus que l’année précédente. Cet effectif représente 3 % de la population du canton, un taux inférieur à la moyenne nationale.

L’année passée, Bâle-Campagne a connu la plus faible croissance des coûts de l’aide sociale depuis 2012, ce qui confirme la tendance observée depuis plusieurs années. Malgré tout, le nombre de bénéficiaires et les dépenses nettes ont augmenté. Cependant, plus de la moitié de tous les dossiers sont ouverts depuis moins de deux ans. Pour une majorité des cas, l’aide sociale joue son rôle de garantie du minimum vital limitée dans le temps.
Comme par le passé, ce sont les familles monoparentales qui courent le plus grand risque d’être dans le besoin. La statistique des ménages du canton révèle que 23 % de toutes les familles monoparentales dépendent des prestations de l’aide sociale. La proportion des bénéficiaires de l’aide sociale a par ailleurs augmenté dans la classe des 50 à 64 ans. Malgré une proportion encore relativement faible (2,3 %), c’est la classe d’âge qui a connu la plus forte augmentation ces dernières années. Phénomène révélateur de l’évolution sociale, les plus de 50 ans rencontrent de plus en plus de difficultés à se maintenir sur le marché primaire de l’emploi. Un manque d’instruction, les faibles chances sur le marché de l’emploi qu’il entraîne ou une famille nombreuse mènent souvent à l’aide sociale. Proportionnellement, ce phénomène touche plus souvent des groupes de population issus de l’immigration.

Communiqué de presse BL  (avec des liens utiles, en allemand)